On nait avec une âme d'ange... On meurt avec un cœur de démon. Bienvenu en Inferni.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

INFERNI FERME SES PORTES POUR LES ROUVRIR SUR LE TOUT NOUVEL ENFER

>>>ICI<<<

VENEZ NOMBREUX!

Partagez | 
 

 Beach please ! We come back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drew Acerbi
Fantôme
Fantôme
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 29/03/2014

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier:
Place dans votre clan:

MessageSujet: Beach please ! We come back   Sam 5 Avr - 17:01

Lorsque j'ai ouvert les yeux, je ne sentais plus mon corps. Normal dirons-nous, je suis mort. Mon frère à embrassé le système central de ma vie de son flingue, il serait trop beau que je puisse garder encore toute ma raison. La tête face à ma descente, je ne perçu qu'un monochrome bleu irritant. Ce bleu… Mon corps me brûlait, ma peau semblait s'arracher des mains de la vitesse de ma chute. Je tombe. Je plonge. Je me noie.

Comme un bébé venant de naître, je retrouve une liberté dans mes mouvements en remontant à la surface, l'eau n'était pas profonde, elle m'arriva aux épaules. Au loin, je cru saisir un jaune rectiligne, la plage ? Il n'y avait qu'une raison d'en avoir le cœur net. Je nage jusqu'à la rive en crawl. Etrangement, l'eau semblait chaude. Est-ce qu'on aurait… ? Non, je ne préfère pas penser avoir bu les dépôt de n'importe quel dégueulasse dans la mer. La bouche béante et les bras le long du corps je me laisse à une respiration profonde. Bordel, où ai-je atterri ? C'est ça que l'on appelle l'Enfer ? Je n'étais pas très chrétien, mais il semblerait que la religion avait son morceau de vérité. Je passais ma main sur ma tempe, rien, je la glissais sur la tempe opposé, idem. C'est comme si il ne s'était rien passé. Comme si on avait chiffonné une page de ma vie et qu'on l'avait recommencé. Mais là, il fallait dire que j'étais devant une vrai panne d'inspiration. Que suis-je sensé faire sur une plage déserte ? Je baisse mon regard pour remarquer ma nudité apparente. Eh bien, je ne suis pas vraiment adepte de la tenue d'Adam. Pas en pleine nature tout du moins. J'aperçu non loin de moi quelques vêtements sur le sable. Il semblerait que ce soit ma veine ! Je m'avançais alors vers le sous-vêtement à ma porté et, alors que je me penchais bien bas pour l'atteindre entre mes doigts…

*BAAM*

Machinalement, je me redresse en grognant et en pestant. Deux longues jambes me ceinture la taille, de même pour deux bras sur mon torse. En entendant la voix de celui qui me tient je ne peux conserver mon calme.

"Firo ! Quel abruti ! Tu ne peux pas te manifester comme quelqu'un de normal ?!"

Je souriais intérieurement, bien que le ton de ma voix soit dur et rauque. Ce petit merdeux de jumeau serait donc dans la même galère que moi ? C'est une bonne chose. Je ne pouvais pas rester bien longtemps calme et serein sans mon ombre.

"Ah ! Et puis garde ta chaleur pour toi ! Tu es brûlant comme la braise, c'est désagréable !"

Je le garde sur mon dos comme une mère koala le ferais pour son fils en attrapant le sous-vêtement au sol. Je le jette au visage de mon frère pour qu'il puisse s'habiller.

"J'avais oublié la règle du "Ne jamais ramasser un objet quand on est à poil." La prochaine fois je me méfierais."


Un rapide coup d'œil dans les environs et je remarque tout un chemin de vêtement devant nous. Au moins, si nous songeons à changer d'horizon, nous aurons de quoi nous vêtir.

535 mots+5 rubis/MP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firo Acerbi
Métamorphe
Métamorphe
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 29/03/2014

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: voleur professionel
Place dans votre clan:

MessageSujet: Re: Beach please ! We come back   Sam 5 Avr - 18:21

Quand le frangin à à tirer c’est le noir total que j’ai eu. En même c’est normal je m’attendais pas à voir une splendide lumière et plein d’ange qui m’accueille je crois que j’aurais eu la gerbe. Pendant un temps totalement indéterminé je suis dans l’obscurité la plus total. Puis soudain une drôle d’impression, le vent qui file à toute vitesse sur mon corps, je tombe.

Je regarde ce qu’il y a en dessous et bordel c’est de l’eau. Un gros splash ce fait entendre, je suis bien dans l’eau quoi ! L’eau rentre dans mes poumon et tout le bordel, je remonte tant bien que mal à la surface et  tousse comme un t’timbré pour cracher l’eau. Je ne sais pas ou je suis tombée. Genre je suis en enfer ? Non parce que bon une plage en enfer… C’est tout sauf ce que je m’attends à voir. Je vois bien la plage et un petit bonhomme qui nage pour la rejoindre. Je souris, j’espère que c’est lui sinon je serais déçu d’être ici sans le frangin. Je me met à nager à sa suite, faisant de longue brasse. On ne peut pas dire que c’était courant la mer à New York enfin y a bien de l’eau mais on s’y baigne pas et si tu rentre dedans c’est que t’es déjà mort et qu’on cache ton petit corps.

Quand je sors enfin de l’eau je réalise pleinement ma nudité mais j’en ai rien à faire c’est bien mon frangin qui se baisse pour ramasser ce qui semble être un vêtement. Je lui saute machinalement sur le dos, trop content d’être dans cette merde avec lui. Quand il râle je rigole, j’ai l’impression que ça fait une plombe que je ne l’ai pas entendu râler. Sa voix avait beau être dur je savais bien qu’il était content que je sois là quand même.

-Désolé Drew mais je ne prendrais pas la peine de me manifesté comme quelqu’un de normal avec une personne comme toi.

Je regarde mon frère jumeau perplexe, moi brulant ? C’est lui qui est glacé comme un mort.

-Bambino, je ne suis pas chaud c’est toi qu’à le corps texture glaçon !

J’attrape le sous vêtement et descend du dos de mon frère bon oh moins ce n’est pas un truc ignoble j’enfile le calçons vert avec les billets noir imprimés dessus. Mon frère fait de même avec un qui est identique. Je regarde devant nous et vois une trainer de vêtement identique. Je les ramasse vite fait et balance à mon frère un bas et un haut. Alors autant le bas, un baggy délavé ça me va autant le haut non. Après avoir mis le baggy je pince le haut et le regarde avec un certain dégout moi ! Porter ça jamais ! Je pli en boule le haut et le met dans ma poche il aura une autre utilité plus tard. J’époussète les chaussettes les enfile et les baskets à la suite. Le plus étonnant est que tout ça est à notre taille. Je regarde le frangin qui fini de s’habiller.

-Bon bah plus qu’à savoir ou on est exactement, une nouvelle vie commence ici semblerait-il.


J’ai presque qu’un air nostalgique et j’ai parlé le plus sérieusement du monde. Pas euphorique normal vraiment. Je serais bien resté comme ça plus longtemps seul avec mon frère, mais ne sachant pas si on était vraiment seul ni ou on ai-je préfère pas du coup mon sourire de mec joyeux reviens tout seul à mes lèvres.

589 mots+5rubis/MP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeck Skyhigh
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 1518
Date d'inscription : 06/09/2013

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Gardien des esprits
Place dans votre clan: Chef des peintures

MessageSujet: Re: Beach please ! We come back   Lun 7 Avr - 16:22

Dévalant les rues à toute allure dans sa tenue de pistolero, tout en tenant son australien en cuir brun pour éviter que celui-ci ne tombe pendant sa course folle, les gens qui le voyaient passer à toute allure se demandaient bien quelle mouche l'avait piquée, ou s'il avait simplement une grosse envie pressante. Cependant le Huckster se rendait sur la plage à toute allure seulement parce qu'il avait une horde de sales types armés aux fesses. Non pas que ce dernier fuyait, seulement il ne voulait blesser personne en ville. Quelle idée aussi d'avoir provoqué ces gorrilles au El Diablo en insultant leur chef absent!? Heureusement que Kalim n'était pas là ce jour là sinon il aurait aussi fait partie de la bande d'enragés, enfin il lui aurait fait une remarque comme a son habitude inexpressive et il se serait tiré. Alors qu'il commençait à arriver sur la plage. Le Huckster rigola de plus belle et il s'arrêta pour faire face à la bande de malabars qui, eux, continuaient leur route sur lui. En position de wing chun, Zeck attrapa le premier en tête de course et le fit valdinguer dans les airs pour qu'il finisse sa course plus loin derrière près des deux aux cheveux d'herbe. Les suivants aussi passèrent un sale quart d'heure alors que le sorcier utilisait ses techniques martiales pour mettre à terre tous les sales types écervelés de la rouquine. Autant dire qu'ils ne firent pas long feu et tous volèrent un peu dans tous les sens. Bon ok, ils étaient résistants et ça permettait à Zeck de s'entrainer pour le coup. Il se tourna, remarquant alors qu'il y avait deux autres personnes qui ne semblaient pas être de la partie, mais ils risquaient de se prendre les gorilles qu'il avait fait valdinguer et il valait nieux qu'ils ne restent pas ici. Il cria alors à leur attention en mettant sa main pour faire écho, puis il leva la jambe pour donner un coup de pied dans la face d'un des types qui avait sorti une arme et le faire dégager sur le côté.

"'Attention~!! Chute de gorilles~!!!"

Les types qui étaient encore debout se mirent à rager à l'alerte du chef des peintures et ils tentèrent de lui sauter dessus à l'unisson. Zeck esquiva et donna des coups rapides et précis sur chacun des sales types. Depuis que le destin avait fait sa grande apparition, il avait perdu ses pouvoirs, tout le monde d'ailleurs. Mais pour Zeck ce n'était pas un problème puisqu'il compensait avec les arts martiaux. Il se débrouillait même mieux au combat qu'à la magie, bien qu'il mêlait les attaques magiques à ses attaques de base avant d'avoir perdu toutes ses capacités. Une fois que tout ce beau monde fut à terre il replaça son chapeau correctement sur sa tête et constata qu'il n'y était pas non plus allé de main morte. Un léger sourire mesquin aux lèvres il souffla un bon coup et s'épousseta les mains et son cache-poussière en se dirigeant vers les deux nouveaux arrivants qui se ressemblaient comme deux gouttes d'eau. Au vue de la ligne de fringues qu'il y avait encore à terre Zeck constata qu'ils venaient à l'instant d'arriver. Il prit le bord de son australien et le releva légèrement pour les saluer.

"Welcome to Inferni, les twins!" dit-il ensuite avec un large sourire. Son chapeau faisait une ombre sur la partie haute de son visage et on n'y voyait que son regard azur qui perçait l'ombre du chapeau.  

582 mots +5 rubis par MF

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drew Acerbi
Fantôme
Fantôme
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 29/03/2014

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier:
Place dans votre clan:

MessageSujet: Re: Beach please ! We come back   Lun 7 Avr - 18:06

Il fallut un petit moment pour que nous ramassions les vêtements au sol pour nous vêtir. Un caleçon vert avec des dollars imprimés, un baggy, un marcel, une paire de chaussette et des chaussures. Mon Diable, sommes-nous réellement contraint à porter ces hideuses défroques enterrés dans le sable ? A présenter notre derrière pour que l'on s'imagine prêt à recevoir n'importe quel mèche en soi ? Avec en plus un magnifique marcel de marin. Pourquoi ne pas nous tatouer sur les fesses "Bon à tirer" ? Je réprimais un soupir. Apparemment, nous n'avions guère le choix. Il fallait dire que je n'aimais pas vraiment me promener nu sans aucunes raisons apparente. Mis à part pour prendre une femme ou un homme, je ne montrais presque jamais mon corps. L'impression de redevenir un singe répugnant au Q.I pas plus grand que celui d'une fourmi tiraillait mon esprit dans ce genre d'humiliation. De plus, je n'avais pas besoin de faire ce sacrifice, mon frère se débrouillait à merveille vu le nombre de périeuses chevauchées au septième ciel, ou au sixième, voire moins si j'en crois ses paroles. J'hésitai longuement à porter le marcel, étais-je réellement forcé de le porter ? Je mis le vêtement sur mon épaule, résigné à délibérer pour le moment. Firo avait fait de même, mais contrairement à moi, il le fourra grossièrement dans sa poche comme un mouchoir usé, c'était sûrement mieux ainsi. Firo en tête de fil, je suivis ses pas en préférant contempler le paysage. Je suis un feignant né, j'en suis conscient, alors pourquoi blâmer l'homme qui marche aussi vite qu'il respire lorsque son seul dessein est d'admirer la splendide banalité des Enfers ? Et pour ainsi dire, il n'y avait là rien de bien spectaculaire à vrai dire dans ce que je contemplais: Du sable, deux ou trois arbres au loin, des collines, de l'herbe… il n'y avait là rien de bien terrifiant non plus pour le moment, ni démon, ni cerbère, ni succube. On pouvait s'attendre à tous aux Enfers. Tout, sauf à un quelconque paysage désordonné et incohérent. Et pourtant, j'étais là, à jouer les explorateurs avec mon double. Il fallait le reconnaître, les Enfers avaient un air de déjà vu. C'était un paysage banal. J'étais presque déçu de ne pas avoir eu droit à un petit démon rouge armé d'une fourche au bras en nous invitant à nous plonger dans une orgie de souffrance et de malheur. Remarque,  mais je n'allai sûrement pas m'en plaindre, je ne suis pas vraiment pour le masochisme.

En fouillant mes poches je découvris une sorte de pièce froide sur ma paume, mes yeux s'illuminèrent. De l'argent ? Une pièce d'or ? La chance me sourirait-elle enfin ? Je sors l'objet de ma poche, le poing serré, je me laisse un instant de suspense pour deviner la contenance de mon poing. Puis, je l'ouvre. Une mine plus renfrognée que d'habitude se dessine sur mon visage: Un collier. Ce n'est pas ce que je pouvais espérer de mieux, mais si je pouvais compenser l'absence de couvre-chef sur mon crâne par un misérable collier au cou, autant le faire. En réalité, bien que j'aime le faire croire, les chapeaux n'ont aucunes valeurs à mes yeux. Pas plus qu'un lacet sur une chaussure. C'est surtout un moyen pour moi de garder un minimum de lucidité et de ne pas confondre mon frère avec un miroir. Oui, pourquoi y aurait-il un miroir sur la plage ? Allez savoir. J'accroche le collier à mon cou tout en tentant de rattraper la distance qui me sépare de mon frère. A l'horizon, nous pensions apercevoir un mirage, une vile plaisanterie de notre vue sous cette chaleur étouffante. Et pourtant, il n'en fut rien. Un homme aux allures de cow boy avec son chapeau et son manteau à ses chevilles. Une fois arrivée à une bonne distance de nous, il se tourna pour attaquer la horde de bœuf chargeant violement l'homme. Je calculais rapidement leur nombre ainsi que le pourcentage qu'il se fasse dominer par le surplus d'adversaire quasi nul si j'en croyais le gabarit de l'homme face aux vaches folles. Curieusement,    Il entama une suite de mouvement et de prises assez intrigante mais qui semblait avoir son petit effet auprès de ces messieurs qui tombèrent comme des mouches. J'esquissai un large sourire par tant de puissance. Et en même temps, je sentais mon esprit me crier l'alerte du risque. Cet homme ne semblait pas être quelqu'un de bien impulsif ou aux poings ardents. Il n'empêche que je ne préférais pas me frotter à lui pour le moment, que ce soit pour lui parler, ou pour me battre. Un regard vers Firo nous permit de nous répartir les tâches. Lui à la distraction, moi au pillage. Nous étions des charognards, s'il était possible de ne pas nous battre et de récolter la marchandise nous étions toujours présents. Il fallait seulement s'assurer que ce garçon d'écurie ne se soit pas mis en tête de glaner.

Mes pouces dans les poches de mon baggy, je mimais un relèvement de chapeau à la mode du western de mon imagination d'un geste théâtral avec une voix un peu rocailleuse.

-Bien le bonsoir, Hell boy ! Il semblerait que vous soyez occupé dans la correction de votre bétail… Donc sur ce.

Je n'avais pas réellement envie de discuter avec lui, son sourire trop étincelant et son regard d'aigle ne me plaisait guère. Je me suis donc contenté de passer à côté de lui, frôlant à même son épaule en suivant mon passage d'un léger ricanement. Je marchais sur le monticule de pauvre créature en marchant sur la tête de celui qui osa la lever trop tôt. Je savais que mon frère serait plus à même de lui poser toutes les questions auxquelles nous avions désespérément besoin de réponse. Ce n'était pas mon fort, je préférais ne rien savoir que prétendre ne rien savoir. Je continuais de creuser une distance entre moi, mon frère et le cow boy en sachant pertinemment que j'allais devoir m'arrêter pour attendre mon frère. Les mains dans les poches, je grattai le sol de mes chaussures en observant rapidement les corps des hommes assommés ou incapable de continuer le combat. Peut être pourrais-je ramasser deux ou trois objets intéressants pour la poursuite de notre promenade de santé.

1052 mots +5 rubis par MF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firo Acerbi
Métamorphe
Métamorphe
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 29/03/2014

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: voleur professionel
Place dans votre clan:

MessageSujet: Re: Beach please ! We come back   Lun 7 Avr - 19:00

Habillé heu bah plus ou moins je commence à marcher avec mon frangin, il marche incroyablement lentement comme souvent, parfois je prends la peine de me caler à son rythme, mais là je n’avais pas envie je ne marchais pas vite mais quand le frangin s’y mettait il se mettait vraiment en mode tortue.

Je mis les mains dans les poche et sens une chaine froide relié à un objet circulaire. Je m’arrête un instant pour sortir l’objet de ma poche et l’observé. Une montre à gousset, en plaqué, bah ça ne doit avoir aucune valeur ce truc. Je l’ouvre tout de même. Les aiguilles ne bouge pas mais j’ai pourtant l’impression de l’entendre faire le bruit monotone du tic-tac. Je ne m’attarde pas tout de suite sur la montre car mon frère ma rattraper et on entend un type nous dire de dégager. On se décale et on l’observe se battre. Ça ce n’est pas du combat comme chez nous et manifestement les bestiaux prenne leur raclé.

Quand l’homme fini sont massacre il vient nous saluer, un micro regard entre mon frère et moi suffit, première cible, je souris à l’homme et m’approche de lui après la salutation brève de mon frère. Je me place à côté de lui et lui donne une tape dans le dos amical sourire aux lèvres.

-Salut cow boy, finalement y a de la civilisation ici j’aurais jamais cru !

Au même instant mon frère passe près de l’homme et passe une main rapide et discrète dans sa poche mais repart penaud, dommage ça sera une prochaine fois. Je ne regarde pas mon double continuer à avancer un peu plus loin.

-Dit moi Inferni c’est l’enfer ? Je trouve que c’est bien beau et joyeux pour un enfer pas toi ?

Je rigole et me retourne regardant les victimes de l’homme au sol, ceux qui était encore conscient gémissait de douleur leur yeux implorant de l’aide. Moi toujours sourire aux lèvres je les ignore tout comme Drew qui semble passer tel un fantôme près des corps.

-Boy ! dit moi tu peux me dire un peux ou est ce qu’on est tombé genre à par l’enfer y a quoi ici ? Parce que la plage c’est bien beau mais… je me baisse et ramasse un pistolet d’un dès homme. je ne pense pas que on trouve ça sur une plage.

Je m’assois et me pose sur un monticule fait avec leur corps et commence à démonté le pistolet avec une rapidité extrême, deux balle rouillées…ouais il ne serait pas allé loin avec ça le pauvre bougre. L’arme en elle-même est à peine utilisable, je ne sais pas ou il à trouver ça mais c’est de la mauvaise qualité vraiment. Je suis serein rigolant presque, je me lève et pique le chapeau de l’homme pour le poser sur ma tête et faire l’idiot avec esquivant avec une habilité déconcertante les tentatives de l’homme pour récupérer son chapeau. Laissant à loisir mon frère prendre ce qu’il voulait sur les corps au sol. Quand je remarque qu’il à fini je repose le chapeau sur la tête de l’homme et rejoins mon double tranquillement en rigolant.

520 mots +5 rubis par MF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeck Skyhigh
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 1518
Date d'inscription : 06/09/2013

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Gardien des esprits
Place dans votre clan: Chef des peintures

MessageSujet: Re: Beach please ! We come back   Mar 8 Avr - 5:41

Autant le premier bonhomme n'avait pas l'air sympathique, autant son reflet le semblait un peu plus. Lorsque le premier passa près de lui non sans le coller un peu trop au goût du chef des peintures qui se tourna doucement pour lui éviter qu'il ne le touche, il remarqua néanmoins que le p'tit gars était rapide et agile de ses doigts pour faire les poches. Il le laissa faire. De toute façon ce n'était pas comme si il avait quelque chose de valeur dedans peut-être le bonbon vert qui rendait malade qu'il réservait pour l'allumette ou quelqu'un d'autre pour lui faire une farce. Il le laissa faire et l'observa un moment s'éloigner. Jusqu'à ce que l'autre vienne lui donner une frappe amicale dans le dos. Il tourna la tête vers le reflet plus sympathique et lui fit un sourire mesquin alors que l'autre lui posa des questions. Si le second voulait aussi lui faire les poches il ferait mieux de faire attention à ses mains. Zeck n'était pas né de la dernière pluie et il connaissait les petites manières de larcins pour en avoir arrêté et même avoir vagabondé avec certains lorsqu'il était plus jeune dans sa ville natale. De plus, en tant que joueur de cartes il savait reconnaître un bon tricheur d'un mauvais. C'est celui qui se débrouille toujours pour qu'on ne voit pas qu'il a prit des cartes en plus.

Zeck leva les yeux sur la tête du gars à ses côtés et lui attrapa une touffe de cheveu pour vérifier que ce n'était pas de l'herbe et enchaîna:
"C'est d'l-herbe que t'as avez sur le crâne?! Drôle de couleur de cheveux tout de même!"

Il ne répondit pas à sa question, du moins pas tout de suite. Il se tourna et mit les mains dans les poches tandis que le gamin récupérait une arme à feu sur un des types qu'il avait cloué au sol. Le Huckster s'avança jusqu'à l'autre jumeaux moins amical en le fixant puis passant près d'un des boeufs qui relevait la main pour l'attraper il lui donna un coup de pied dans la tête. Ce qui eut pour effet de l'assommer. Il continua son chemin et sourit au petit gars.

"Vous êtes sur ce que j'appelle les terres de chasse, en gros l'enfer, y'a une ville plus loin j'peux vous y conduire si vous voulez?"

Il se tourna vers les deux bonhommes aux cheveux d'herbe et gardant son sourire aux lèvres il rajouta:
"Les gens en arrivant ici se font de fausses idées sur ce qu'est l'enfer! Alors oubliez tout ce que les types d'en haut ont pu vous raconter! C'est des conneries! " dit-il avant de continuer son chemin. Libre aux twins de le suivre ou non. Lui, en tout cas, il ne comptait pas s'éterniser ici. On ne sait jamais, d'autres gorilles du chef des Peines pourraient se pointer. Il lança de plus tout en s'éloignant à l'attention des frangins.

"Vous feriez mieux de vous dépêcher de leur faire les poches avant que d'autres n'arrivent si vous voulez mon avis!"

Qui sait ce qu'ils pourront trouver sur ces gars là. En tout cas ce n'était pas le genre de Zeck sauf vraiment s'il pouvait y avoir quelque chose d'intéressant, et encore. Il s'agissait des hommes de Taki, de son avis il n'y aurait rien de bien utile sauf pour eux. Et surement des trucs répugnants.

557 mots +5 rubis par MF

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drew Acerbi
Fantôme
Fantôme
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 29/03/2014

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier:
Place dans votre clan:

MessageSujet: Re: Beach please ! We come back   Dim 13 Avr - 12:08

J'avais pris soin de fouiller l'une des pauvres victime de cet énergumène au stetson vissé sur le crâne. L'idée même de les toucher pour le moment me répugnait, ils puaient l'alcool et la sueur de porc. Je renversai le manteau sur le côté pour m'apercevoir qu'il y avait non seulement une poche arrière, mais qu'en plus elle contenait quelque chose de ce que la bosse nous laisser voir. Un léger sourire satisfait, je dérobe sa contenance en découvrant avec étonnement et joie que ce bougre était en possession de pierre précieuse. Ce bougre se promène avec une dizaine de rubis dans sa poche ! Mes yeux brillèrent d'un éclat nouveau, quelle merveille ! Et quelle bande d'imbécile ! Quelle idée de se promener avec de tels trésors sur soi ? Qui pourrait faire ça à part un taré ? A moins que cette bande ne possède que d'autres trésors comme celui-ci ? C'était une hypothèse à vérifier.
Le Hell boy s'éloignait de mon frère pour s'approcher de moi. Mince ! Avait-il vu mon butin ? S'il osait venir me le prendre il fallait qu'il me passe sur le corps. Seulement voilà, il n'avait pas fait attention à ce que j'avais récupéré, au mieux il s'était simplement contenté d'ignorer ce que je faisais pour reprendre sa route par le chemin où il était arrivé. Je levai les sourcils à la façon dont il nommait ces terres: "Les terres de chasse" ? C'est une bien belle façon de nommer l'enfer, c'est vrai. Mais il en fallait bien plus pour m'impressionner. Je fourrai une bonne partie du butin dans ma poche tout en donnant le reste à mon frère pour lui montrer ce que j'avais trouvé. Le regard tourné vers le Hell boy, il avait un air assez prétentieux et en même temps très malicieux. Un peu comme ces bons à rien de tuteur qu'on trouve dans les gangs pour vous montrer qu'ici, on est pas chez les mauviettes, mais qu'on s'amuse quand même. Mon sourire naturel aux lèvres, je passai ma main dans mes cheveux pour les ébouriffer paresseusement. Est-ce qu'on devait vraiment le suivre ? Je lui adressai un simple signe désapprobateur mes mains lançant les rubis pour ensuite les rattraper dans leur chute.  

"Je te remercie de la proposition, mais je pense que nous allons rester là pour le moment. Nous trouverons bien par nous-mêmes la ville."


Je n'avais nullement l'attention de le suivre si c'était ce qu'il attendait. Je ne suis pas du genre à suivre le premier "pied tendre" que je croise. Mais il semblerait, que nous soyons contraint de nous revoir, je ne sais pas encore dans quelles circonstances, mais j'imagine que nous ne seront sans doute pas les meilleurs amis du monde.

"Je sens qu'on va bien s'amuser dans ces "Terres de chasse" pas toi ?"


Je repris avec mon frère la dépouille des corps, il y avait bien moins de rubis voire pas du tout dans les poches des autres cadavres. C'était finalement des pouilleux avec des pierres de riche, sans doute des voleurs comme nous. J'étais curieux de savoir à qui ils avait bien pu prendre tout cela. Mais, je lassais de côté ma réflexion pour offrir un sourire en coin à mon frère, nous étions riches comme Crésus avec tout cela. Et la première chose que nous trouvions à faire avec tout cela était sans doute le plus évident. Les trois B comme nous le disons si bien: "Bar, Boite, Boudoir". Enfin, si il est possible de le faire bien entendu. Nous nous décidâmes donc, moi et mon frère, à fouiller les derniers cadavres avant de nous mêmes nous diriger dans la même direction que ce Cow boy.

615 mots +5 rubis/MP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firo Acerbi
Métamorphe
Métamorphe
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 29/03/2014

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: voleur professionel
Place dans votre clan:

MessageSujet: Re: Beach please ! We come back   Mer 23 Avr - 14:48

L’homme repartait nous disant de prendre vite et que si on le souhaitait il nous montrera la ville.  Je ne bouge pas d’un pouce le regardant s’éloigner. Comme si nous les fils Acerbi on allait suivre un parfait étranger sous prétexte qu’il nous montre le chemin. On fait notre propre chemin tout seul et on ne dépend de personne. Je regarde un peu ce qu’il y avait sur les cadavres, pas grand-chose bien quelque pierreries mais rien de plus aucune arme franchement utilisable… Je pousse un long soupire alors que l’homme est déjà hors de vue. Mon visage redevenu sérieux et presque autant blasé que celui de mon cher frère.

-Ouais on va mettre un peu d’action et de la vraie !

Une fois les poches des petits truants faite on se met en route dans la même direction que le bonhomme au chapeau. Je marche très lentement au rythme mesuré de mon frère, pas vraiment presser d’y aller et surtout pour être sur d’avoir laisser une bonne distance entre nous et l’homme. Mes pas s’enfonce dans le sable chaud, la température est étrangement hautes ici. Je ne dit rien pendant notre lente marche, pas besoin de parler on sait très bien ou on vas et on sait ce qu’on cherche donc c’est le strict minimum.

On marche ainsi pendant un long moment, jusqu'à ce que le sable laisse place au béton. On est arrivé en ville implacable je reprends mon attitude de joueur et j’entraine mon frère dans les rue de la ville, on cherche dans un premier temps les informations nécessaire à notre séjour ici et après on avisera, mais  hors de question je rester là comme ça à regarder les gens passé on à un nouveau terrain de jeux et plus vite on le connaitra plus vite on pourra user de notre art. Inferni hein ? Et bien nous voilà, nous les frère Acerbi, tomber en enfer et près à jouer avec le feu comme d’habitude.

344 mots +5 rubis/MP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeck Skyhigh
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 1518
Date d'inscription : 06/09/2013

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Gardien des esprits
Place dans votre clan: Chef des peintures

MessageSujet: Re: Beach please ! We come back   Ven 25 Avr - 15:20

Sujet Clos
Draw et Firo récupèrent 10 rubis et 3 saphirs chacun sur les gorilles

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Beach please ! We come back   

Revenir en haut Aller en bas
 
Beach please ! We come back
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» New Royal Caribbean beach resort in Haiti
» Miami Beach ~ [PV Tyzy & Sakuya]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Beach Party ! [ pv ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inferni, ville des enfers :: Flood et jeux :: Archives RP-
Sauter vers: