On nait avec une âme d'ange... On meurt avec un cœur de démon. Bienvenu en Inferni.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

INFERNI FERME SES PORTES POUR LES ROUVRIR SUR LE TOUT NOUVEL ENFER

>>>ICI<<<

VENEZ NOMBREUX!

Partagez | 
 

 Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zeck Skyhigh
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 1518
Date d'inscription : 06/09/2013

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Gardien des esprits
Place dans votre clan: Chef des peintures

MessageSujet: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Lun 28 Avr - 13:57

Le face à face s'éternisa pendant une bonne vingtaine de minute sans que les deux mâles dominants ne fassent quoi que ce soit. L'un battait du pied et soulevait la poussière de ses énormes sabots flamboyant, le souffle ardent sortant de ses narines et le regard de braise de canasson était déterminé à ne pas se laisser impressionné par le bipède en face de lui qui semblait s'être résigné à le dompter. Tout du moins ça semblait être sa première intention lorsque leurs regards s'étaient croisés. Il ignorait ce que faisait ce bipède sur son territoire. Mais il n'appréciait pas qu'on vienne le déranger dans sa parcelle de forêt, brûlée par ses passages et les coulées de laves qui délimitaient les environs. Il s'agissait là de son domaine à lui. Et il ne permettrait qu'aucun humanoïde ne vienne empiéter sur celui-ci. Le volcan au loin s'était mis à gronder et de la cendre tombait sur les pleines désolées de cette parcelle morte. Un caillou de lave tomba au sol, ce qui donna le top départ aux deux opposants. Le destrier lança un hennissement rauque et prédateur en se cabrant et battant des pieds avant de se lancer sur l'homme qui s'était mis dans une position étrange, ne bougeant pas d'un poil, il attendit que le canasson lui charge dessus. Les flammes de ce dernier brûlaient tout sur son passage et laissait des trainées de flammes...

C'était après être allé au El Diablo, avoir provoqué des gorilles en rut en insultant leur chef Peine et s'être défoulé sur eux bien comme il faut pour ensuite avoir quitté les deux types aux cheveux couleur herbe des prés qu'il avait croisé sur la plage, que Zeck était parti en direction de la forêt des pinceaux. Sauf qu'à la différence des autres fois, il avait décidé de se changer les idées et de calmer ses nerfs -précisons-le- après son engueulade avec Klaw, il était donc parti faire un bout de brousse et de voir ce qu'il pouvait y avoir au-delà de la forêt et de sa juridiction. Il était parti loin, durant une nuit entière, ignorant totalement ce qui s'était passé auprès des filles au bar, et de leurs cuites monumentales. Les petits groupes de gangs qu'il avait récupérés dans son quartier et qui étaient désormais à sa botte. Les petits gars avaient entendu parler de grabuge et surtout de la cuite que se prenait une de ses membres mais ils avaient beau chercher leur chef partout, il était introuvable. Heureusement que Jun était là et les avaient ramenés à la raison en gérant la situation. Néanmoins, Zeck n'était toujours pas revenu même la matinée ayant suivi le bazar qui s'était passé.

En fait, le Huckster avait marché pendant un sacré bout de temps jusqu'à sortir de la forêt des pinceaux, se retrouvant sur une terre totalement désolée et brûlée. L'odeur de soufre était très présente et la chaleur était pire qu'une fournaise. Au loin on apercevait des volcans actifs dont la lave s'écoulait lentement jusqu'à la berge d'une immense plage de sable noir. Une pluie de cendre s'abattait sur les terres désolées et l'endroit semblait bien plus hostile que de l'autre côté de la forêt. Zeck resta sur ses garde et faisait attention où il marchait, évitant de se trouver sur des zones à risques et fragiles qui pourraient lui être mortel s'il tombait dans une crevasse de lave. Heureusement, les volcans étaient assez loin mais la lave brûlait tout sur son passage, il devait donc faire attention à ne pas se retrouver piégé.

C'est là que Zeck le vit, majestueux, bestial, solitaire et imposant. Son regard s'était posé sur cette magnifique bête qui se mouvait avec aisance aussi bien sur la lave que sur le sol cendrée des steppes ardentes. Son regard s'était émerveillé à l'instant même où il l'avait posé sur ce magnifique destrier, aussi sombre que les ténèbres et brûlant que la lave qui les entouraient. Il s'était approché lentement, et l'animal avait fait de même. Accueillant d'un regard ardent et intimidant le jeune homme, il s'était cabré de toute sa haute taille en hennissant puissamment. Il était magnifique, et Zeck n'aspirait plus qu'à une chose à cet instant, le vouloir à ses côté et le dompter pour qu'il devienne sa monture.

Depuis qu'il était sur Inferni, il n'avait trouvé pareille destrier, et ce n'était pourtant pas l'envie qui lui manquait de monter à cheval et de se balader dans les rues d'Inferni avec un canasson. Il avait rencontré un type qui vendait des bêtes, mais il s'y connaissait un peu et il n'avait pas trop apprécié la qualité de celles-ci. En revanche là, comment ne pas tomber amoureux d'une pareille créature?! Sans faire référence à d'autres personnes bien entendu. Ca faisait donc un bon moment qu'ils se regardaient en face à face, le cheval infernal en face de lui ne semblait pas très enclin à ce que Zeck soit sur son territoire et il comptait bien l'y chasser. Mais Zeck voulait également le récupérer et le dresser pour qu'il puisse le monter. Et il s'était déterminé à le faire quoi qu'il arrive. Il ne perdrait pas face à cette bête imposante. Ca non!

C'est alors au moment fatidique, que le destrier sombre se rua, en fumant des narines, sur le cowboy qui était déterminé à ne pas se laisser dominer si facilement, ni se laisser intimider. C'est au dernier moment où le destrier pensait lui donner un coup de sabot que le Huckster sauta pour esquiver le coup de sabot et s’aider de prendre appui sur la patte et attrapa la crinière du cheval, balançant sa jambe pour venir chevaucher l'animal qui se mit dès lors à sauter et se cabrer dans tous les sens, grognant d'indignation face à l'attitude de l'homme sur son dos. Zeck exécutait un sacré rodéo très mouvementé et s'en brûlait presque les doigts en s’agrippant, telle une tique à la crinière du cheval. Se stabilisant à chaque saut pour ne pas tomber et se faire piétiner. Le temps fut long, et le cheval était si hargneux qu'il ne se laissa vraiment pas faire. Zeck avait beau tenter de se stabiliser, il avait beau avoir eu l'expérience des rodéos sur des bêtes aussi effrontés que celle-ci, il était impressionné par le refus d'obtempérer et de se laisser dompter par un vulgaire humain. Zeck sourit, il était heureux de pouvoir s'amuser autant. Au bout d'un moment, le canasson en eu assez et cessa son rodéo, bien malgré lui, l'autre était toujours sur son dos et il souffla des braises pour reprendre son souffle par les nasaux. Il secoua la tête et battait des pieds, ses sabots puissants et larges frottaient la terre cendrée en laissant des traces de feu. Zeck caressa le puissant cou musclé de l'animal en tentant de le calmer. Il était chaud bouillant mais ses flammes n'étaient dangereuses qu'au niveau de ses sabots.
Le Huckster se redressa et tenait fermement la crinière du destrier, il se décida à commencer de le dresser et il donna deux puissants coups de talons dans les côtes du cheval pour le faire avancer. Celui-ci se cabra d'emblée et commença un puissant galop jusqu'aux fournaises volcaniques droit devant lui. Zeck, n'ayant pas très envie de prendre un bain de lave, tenta de le faire dériver de sa trajectoire. C'est avec difficulté, et après avoir constaté que l'animal marchait dans la lave qu'il réussit à le dévier. L'animal changea alors de direction et parti droit vers les étendues sauvages longeant la forêt. Il n'était pas idiot, si jamais il entrait dans la forêt des pinceaux, celle-ci prendrait feu et le feu pourrait s'étendre. Il décida donc de passer par le désert des fourches du côté des peines. Pour cela il fit un énorme détour et l'animal ne craignant pas la chaleur, il put voyager jusqu'à l'entrée du désert.

Zeck était sublimé par la créature et il l'obligea à s'arrêter un instant. Lui caressant le cou et le frappant pour le solliciter et le féliciter. Il sourit et passa sa main sur le front de l'animal qui avait une respiration puissante et rapide avec l'effort qu'il venait de faire. Cette petite ballade l'avait plus ou moins calmé. Dommage que Zeck n'avait pas son matériel pour ce genre de chevauchée, il faudrait qu'il trouve ce qu'il faut pour pouvoir lui mettre une selle et un harnais avec une longe pour pouvoir le monter. Ils apprendraient à se connaitre tous les deux avec le temps. Zeck donna un petit coup de talon pour le faire marcher, l'animal secoua la tête et recula. Ce qui eut pour effet de faire pester Zeck, il ne voulait pas pour autant l'écouter. Le cheval recula encore et Zeck redonna un coup de talon un peu plus fort, l'animal se cabra légèrement avant de commencer un petit trot et de prendre l'autre direction malgré les efforts que faisait Zeck pour l'orienter en direction de la ville. Le dressage allait vraiment prendre du temps…

Ce n'est qu'à la tombée de la nuit, alors que les gens commençaient à rentrer chez eux, que ceux qui étaient encore dans les rues l'aperçurent. Un homme dans une tenue pleine de crasse et de cendres, habillé d'une tenue de pistoléro et un chapeau cachant la majeure partie du visage, monté sur un cheval imposant et laissant des sillons de feu sur son passage, arriva en ville. Les gens en étaient bouche bée, et d'autres en perdaient leur effets. Qui était l'homme sortant du désert qui montait cette monstrueuse bête? Que venait-il faire ici et d'où venait-il? C’était le genre de questions que les gens se posaient en le voyant passer. Le canasson se dirigeait droit vers le château des peintures.

C'est en voyant cet homme arriver, monté sur cet énorme cheval de feu, que la petite bande au service du  chef des peintures interpella ce dernier afin de savoir qui il était et ce qu'il venait foutre au château. Avec un grand sourire aux lèvres, Zeck releva la tête pour montrer son visage à la bande de gars qui le reconnu et le regardèrent surpris. Après quoi, Zeck leur ordonna de trouver une corde et de lui préparer un bain afin qu'il puisse se laver et se détendre. Il descendit du cheval et resta près de lui pour le calmer et lui mettre avec beaucoup de mal la corde. Décidément, ça allait être dure de bosser avec un tel entêté. Mais il semblerait au vu de ce qu’il se disait des petits gars que son général semblait l’attendre pour lui parler au sujet d’un problème qui était survenu avec Klaw. Il fronça les sourcils, que s’était-il passé avec Klaw et qu’est-ce que c’était que cette histoire de beurrage ? Zeck finit de s’occuper de son nouvel étalon en lui trouvant un endroit qui ne craignait rien pour pouvoir l’attacher, il reviendrait s’en occuper plus tard. Il se rendit donc au château pour aller voir Jun mais en ouvrant la porte, il la vit qui l’attendait, assise sur les marches qui menaient directement à l’étage. Il s’avança, crasseux et plein de cendre avec une légère odeur de soufre autour de lui et il retira son chapeau pour s’essuyer la transpiration qui coulait sur son front et lança un regard impassible à Jun en venant vers elle. Il ne savait pas ce qui avait bien pu se passer mais il se doutait qu’il était arrivé un truc à Klaw, et il demanda directement plutôt que d’attendre.
« Qu’est-il arrivé ? »
Le ton qu’il avait emprunté était froid mais calme. On sentait aussi que dans son regard il valait mieux pas le faire chier.


1941 mots +5 rubis/MP

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Yami
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 301
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 29

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Barman
Place dans votre clan: Général

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Lun 28 Avr - 16:28

Les paroles de klaw tournais dans ma tête je cherchais comment l’aider malgré moi, mais bon elle ne se souvenait pas qu’elle m’a dit tout ça et j’avais passé la journée à m’occuper d’elle, rien d’excessif mais au vu de la gueule de bois qui était une première pour elle ce n’était pas évident, je m’étais assurer qu’elle prenne une douche elle puait l’alcool et qu’elle retourne se reposer. Dormir y que ça qui allais la remettre sur pied ça et manger, je lui avais fait du riz en pates ça tiens bien l’estomac et pas besoin de trop en avaler.

Cela fait maintenant 2 heures que j’ai laissé klaw en demandant à yukia de rester près d’elle et puis entre fille ça devrais le faire, je suis allez dans le hall et me suis assis sur la rambarde, je ne suis pas forcément content, je regarde les hommes allez et venir dans le château, mais ce n’est jamais zeck. Le temps passe lentement mais je ne veux pas que zeck débarque dans ma chambre comme une furie je préfère préparer le terrain avant. Au bout d’encore une heure je saute au sol pour m’assoir sur les marches du grand escalier qui mène au premier étage. Finalement j’entends dehors le bruit d’un cheval, je soupire y a que zeck pour ramener un cheval ici. J’attends tranquillement dans l’escalier quand enfin il daigne pousser la porte. Je le regarde un air sévère, il parle froidement mais bon ça ne m’étonne pas. Je me lève et le surplombe avec mes talons plus la marche qui nous sépare.

-Klaw est partie avant-hier soir du château sans aucune explication, puis le lendemain elle à passer la journée dans un bar avec une certaine Elena. Elles ont bien bu toute les deux quand on m’a prévenu j’y suis allez la petite tenais déjà plus debout. Les deux femmes étaient en compagnie de deux hommes aux cheveux verts. J’ai juste récupérer klaw et suis reparti avec elle. L’autre jeune femme à été récupérer par un grand brun.

Je fais une pause jugeant des réactions de zeck est ce qu’il ce rend compte que c’est que sa fautes ? il en va de soit que je vais pas parlez à zeck de toute les confidence que m’a fait klaw ça serait fourbe de ma part et à mon avis c’est pas à moi de lui apprendre ça. Mais pour le coup même si c’était mon chef j’étais autant mécontent de lui que de klaw et ça se voyait dans mon regard et le ton de ma voix qui était sec.

-Enfin klaw va bien et n’a rien eu elle se repose et se remet de sa journée d’hier éprouvante. C’est pour ça que je te demande de ne pas allez la voir maintenant.

En fait ce n’est pas vraiment une demande mais plus une obligation, Zeck ne mettra pas un pied dans ma chambre tant que klaw ne sera pas décidé à en sortir et à allez le voir. En plus zeck va surement lui passer un savon sachant que je lui ai moi-même déjà fait plus ou moins la moral sur son comportement.

525=>5 rubis M(L)P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeck Skyhigh
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 1518
Date d'inscription : 06/09/2013

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Gardien des esprits
Place dans votre clan: Chef des peintures

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Lun 28 Avr - 17:16

Jun parlait froidement, et au vu de son regard et de son comportement vis-à-vis du chef des peintures, elle semblait être déçue. Elle avait surement de quoi l’être. Mais il l’écouta résumer ce qui s’était passé avec Klaw. Jun ne semblait pas tout savoir de la situation, c’était normal si elle n’était pas là au moment où ils ont eu leur engueulade. Dans tous les cas, Zeck ne comptait absolument pas aller la voir tout de suite, bien trop en colère contre elle et surtout les paroles de la jeune femme l’avaient profondément blessé. Il préféra tout de même en informer son général sur ce qui s’était passé.

« Ca peut s’comprendre qu’on aille oublier ses soucis en allant se saouler après une engueulade… Klaw et moi on s’est disputés et le soir même elle est partie du château en sachant ce qu’elle faisait… Et je n’irais pas la voir. Elle peut bien se reposer je n’irais pas la déranger.»

Il avait un ton parfaitement neutre mais pour le moins acerbe dans ses paroles. Il n’allait pas non plus approfondir sur le pourquoi de la dispute, rien que le fait d’y penser l’énervait au plus haut point. Si Klaw était partie il n’allait pas la retenir, il savait qu’elle aurait besoin de temps pour s’en remettre et surtout pour se mettre les idées au clair. Quant à lui, sa petite virée lui avait fait du bien, mais il ne pouvait pas rester indéfiniment en vadrouille étant donné qu’il avait un clan à assumer et des responsabilités, comme l’histoire avec Klaw. De plus Jun lui avait énoncé qu’elle était en présence de deux types aux cheveux verts ? Il plissa les yeux et remit son chapeau sur la tête, il avait besoin de prendre un bon bain et de changer ses bandages totalement déchirés, à moitiés brûlés et ensanglantés. Il n’avait pas envie de penser à autre chose pour l’instant si ce n’était de se détendre et de réfléchir à comment s’occuper de son nouveau moyen de transport et surtout de le dompter comme il se devait. Il monta les marches et passa près de Jun sans s’arrêter. Se dirigeant droit vers la salle des bains, qu’on lui avait préparée pour qu’il aille se détendre un bon coup. Il n’avait pas envie de se prendre la tête pour ce soir.




387=>5 rubis M(L)P

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Yami
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 301
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 29

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Barman
Place dans votre clan: Général

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Mer 30 Avr - 17:40

Zeck avait presque un air je m’enfoutiste, ce qui m’énervais un peu j’avais envie de lui dire « je sais tout ça ! » mais je n’en fis rien. Je le regarde juste passer près de moi sans un mot. Je tourne les talons et le suit plus ou moins proche de lui.

-Zeck je peux comprendre qu’une dispute impose de s’éloigner, tu es chef et tu as des responsabilités parfois très lourde, alors sache que peu importe ce que t’as dit klaw ou ce que tu lui à dit d’ailleurs je m’en fou. Je prends une inspiration. Cela dit n’oublie pas que même si on est là pour t’aider que ce sois Yukia ou moi il a des choses qu’on ne peut pas réparer ou penser ou sauver en l’occurrence je ne pense pas que j’aurais du être celui qui est allez là récupérer, j’adore Klaw mais je ne peux pas là protéger de ses peurs ou ses craintes parce que ce n’est pas à moi qu’elle risque d’en parler. Quoi qu’il en soit fait attention là prochaine fois les femmes comme tu le sais sont à manier avec tact. Et à mon avis vous n’avez pas assez parlé l’un et l’autre, au-delà de votre relation.  

Je suis tranquillement Zeck parlant dans animosité ou quoi ou qu’est à lui de prendre ça comme il le souhait. Je prenais soin dans l’utilisation de mes mots histoire de ne pas montrer que j’en savais plus que lui. D’ailleurs une discutions je devrais peut-être prendre le temps d’en faire une avec Yukia aussi, enfin ça d’abords. Une question me turlupine tout de même.

-Zeck j’aimerais tout de même savoir si ça ne te gène pas ou tu es passé ces deux derniers jours ?

Je suppose que c’est en rapport avec son cheval, personnellement à par dans les jeux je ne suis jamais monté sur une bestiole pareil, m’enfin Zeck m’en avait un peu parlé de son idée. Sans m’en rendre compte j’avais accompagné Zeck jusqu’à son bain, je regarde la pièce autour de nous et soupire, je vois lui aussi en à un peu marre je pense de tout ça.

-Tu veux peut-être que je te laisse ?


367=>5 rubis M(L)P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeck Skyhigh
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 1518
Date d'inscription : 06/09/2013

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Gardien des esprits
Place dans votre clan: Chef des peintures

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Jeu 1 Mai - 13:56

Zeck marchait jusqu’à la salle des bains avec Jun à ses talons qui commença à lui faire un sermon sur les choses qu’il ne pouvait pas réparer. Il ne dit rien sur le chemin, écoutant tout de même son général. Il n’avait pas envie de discuter sur ce fait. Si Klaw avait décidée de partir, il n’allait pas la rattraper. Ce soir-là ça n’aurait servi à rien et tous deux avaient besoin de rester l’un l’autre à l’écart. Quand bien même elle serait restée dans sa chambre, les choses auraient pu s’arranger directement le soir même. Mais elle avait décidé ainsi de quitter le château en prenant des affaires. Zeck aurait pu s’excuser et arranger les choses, mais son comportement l’avait énervé et il était parti à son tour sur un coup de tête, ne voulant pas voir aucun membre des peintures pour le moment. Il s’était dit que Klaw savait ce qu’elle faisait en quittant le château, elle en assumerait donc les conséquences. Il lui avait appris certaines bases de combat mais ce n’était pas suffisant. Après, elle faisait ce qu’elle voulait sur ce point. Si en étant bourrée elle aurait préféré se faire une des « twins grass » plutôt que de rester sobre et éviter de se faire sauter par le premier type qui la verrait bourrée ce n’était qu’à elle qu’elle devait s’en prendre. Il s’arrêta net devant la porte de la salle des bains, regardant Jun froidement.
« Elle a décidée seule de partir. Elle en assume les conséquences ! Je ne lui ai jamais dit de quitter le château, si elle avait été correcte, elle serait restée dans sa chambre à pleurer toutes les larmes de son corps  ou à retourner toutes ses affaires et les choses auraient pu s’arranger le soir même. Mais elle a décidé de partir ! Tu n’as pas le droit de me reporter la faute parce que je n’étais pas là ou que je ne sois pas venu la chercher. Tu n’avais certes pas à le faire, mais s’il est des choses qui auraient dû être faites, alors elle doit en assumer les conséquences. Je suis votre chef mais ce n’est pas non plus à moi de vous torcher le cul ! Je veux bien vous apprendre les bases pour vous défendre, libre à vous d’en faire ce que vous voulez avec! »

Il se retourna ensuite et entra, Jun sembla le suivre de nouveau à l’intérieur. Il ne fit pas attention à elle et commença à se déshabiller. Déposant toutes ses affaires sur un meuble, il enleva ses bandages usés et entra dans la douche avant d’entrer dans les bains. Il tourna le dos à son général. Lavant ses mains encore bien ensanglantée par les coupures de la vaisselle qu’une avait brisée deux jours plus tôt par colère et par le rodéo sauvage qu’il avait effectué. Il soupira lourdement en se frottant la salissure sur ses mains et ferma les yeux un instant. La cendre dégoulinait avec l’eau et s’écoulait dans le siphon de la douche. Pour le coup, ça lui rappelait ses vadrouilles à la poursuite de hors la loi. Bien entendu il n’y avait pas toujours des endroits où il pouvait se laver et quand ça arrivait il pouvait se passer trois semaines sans un bain, parfois l’eau était tellement noire de crasse qu’il lui était nécessaire d’en prendre un deuxième. Mais à l’époque il n’était pas aussi maniaque niveau propreté que maintenant. Une fois bien rincé il alla dans les bains pour se détendre. Ignorant un peu Jun pour le coup. Elle lui demanda par la suite où est-ce qu’il était passé durant ces deux jours et il ne fit que lui répondre d’une façon blasée.
« Parti faire un bout de brousse… »

Il en avait un peu marre de se prendre des réflexions plein la tronche, surtout venant de Klaw, et ce soir là avait été la goutte de trop, il en avait mal rien que d’y repenser, et c’est vrai qu’il avait parlé froidement à la jeune femme. Elle l’avait blessée tout autant qu’il avait pu être blessant dans ses propos. Mais au final à quoi bon se préoccuper de quelqu’un qui ne veut pas de ses attentions? Il haussa les épaules lorsque Jun demanda s’il voulait qu’elle le laisse. Maintenant qu’elle était là elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait, il n’y prêterait qu’une vague attention. Libre à elle de rester ou non. Il s’accouda et se frotta l’arête du nez en fermant les yeux. Tout ça le mettait dans une colère folle mais il arrivait à la contenir. Se rappelant de ses principes taoïstes, il ne pouvait se permettre de s’emporter plus longtemps ou de s’énerver. Il soupira lourdement et avoua finalement.

« Lorsqu’elle ira mieux j’irais lui parler… et présenter mes excuses si je l’ai blessée… si son saoul est du genre à la rendre bavarde elle a bien dû avoir la langue bien pendue avec toi ! »

Et il ne doutait pas un seul instant que Jun, étant allée la chercher, que Klaw lui aurait expliqué leur engueulade et lui aurait dit le pourquoi du comment. Peut-être qu’elles auraient même discuté un peu plus.


862=>5 rubis M(L)P

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Yami
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 301
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 29

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Barman
Place dans votre clan: Général

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Jeu 1 Mai - 17:11

Semble t-il que zeck avait mal pris ma réflexion, bah je n’ai rien à dire de plus je ne suis pas du genre à enfoncer le couteau un peu plus dans la plaie sauf si on mit force. Je reste parfaitement calme face à la remontrance de Zeck et fini par esquisser un sourire quand il dit être aller dans la brousse. Je n’ai que entendu parler de ce genre d’endroit, j’ai du mal à imaginer vraiment. Je vois que Zeck ce déshabille pour rentrer dans le bain entièrement nu, ce qui ne me gène pas plus que ça. Je regarde le bain qui dans le fond me fait trop envie c’est horrible.

-Tu permets que je me joigne à toi, là journée à été longue… trop longue..

Si on prends en compte que j'ai presque pas dormis de crainte que klaw est besoin de quelque chose et que j'ai passé la journée avec elle.Ni une ni deux je me déshabille aussi, mais passe une serviette à ma taille pour ne pas choquer zeck qui ne semble pas près à accepter que je suis un homme, malgré le fait qu’il m’ait vu en jeune homme dans les maisons. Je rentre dans l’eau et regarde Zeck parler. Puis rigole naturellement.

-Je ne sais pas si tu l’as blessé Zeck mais une femme ne va jamais boire comme ça sans une raison au fond… Quant à son saoul très mauvais je dois dire, elle ma juste dit s’être engueuler avec toi et après elle est partie dans des délires incompréhensible, jusqu’à ce qu’elle s’endorme !

Ce n’est pas bien de mentir à son chef mais c’était facile tout de même, aucune hésitation dans ma voix tout était naturelle avec un ton détaché fatigué.

-J’ai bien crus qu’elle allait me filer une sacré migraine avec ses bêtises et ses cris sur tout le chemin du retour, pitié je veux plus vivre ça, mes oreille ne le supporterons pas une seconde fois. Dis-je en rigolant.

Je m’enfonce un peu plus dans le bain en regardant Zeck.

-j’espère que ton tour dans la brousse valait le coup ! Tu veux bien me raconter ?

Ouais je changeais de sujet, il n’y avait rien de plus à dire sur Klaw c’est tout ce qui sortirais de ma bouche, que ce soit à l’égare de Zeck ou d’elle il avait eu droit au même résumé de soirée de toute façon avec sa perte de mémoire du au surplus d’alcool elle ne va se souvenir de tout avant un bon moment voir jamais sauf si un jour je lui raconte vraiment qui sait…


430=>5 rubis M(L)P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeck Skyhigh
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 1518
Date d'inscription : 06/09/2013

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Gardien des esprits
Place dans votre clan: Chef des peintures

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Ven 2 Mai - 5:08

Finalement Jun rejoignit Zeck dans son bain. Il ne releva pas la tête pour la regarder et garda les yeux fermés en faisant signe à la demoiselle de le rejoindre si l'envie l'en disait. Il n'était pas pudique. Puis il savait malgré le fait qu'elle ait une poitrine qu'il s'agissait d'un homme. Il l'avait bien vu au final dans les maisons. Et le fait d'avoir vu le monde décadent et futuriste de Jun lui avait permis de réaliser que c'était peut être possible finalement. Il avait tout de même encore un peu de mal malgré ça. Jun finit par lui raconter que Klaw avait l'alcool mauvais et que mis à part le fait qu'elle ait fait n'importe quoi et qu'elle lui avait crié dans les oreilles elle n'avait apprit seulement qur le fait qu'ils se soient disputés elle et Zeck. Il écouta son général et ne releva pas les faits. Il n'avait pas envie de savoir ce que Klaw avait bien pu faire alors qu'elle était beurrée. Il finit par écouter Jun changer de sujet. Rigolant au fait qu'elle n'ait pas compris l'expression de "faire un bout de brousse" il esquissa un minime sourire puis releva la tête pour la fixer.

"C'est une expression..." dit-il avant de se plaquer les cheveux en arrière et de s'allonger un peu plus dans le bain.
"Je ne suis pas réellement allé dans la brousse, je suis parti faire un tour et j'y ai trouvé une agréable surprise."

Il se redressa et prit un champoing qui se trouvait dans un petit seau en bois et commença à se champouiner les cheveux. Il ferma les yeux pour éviter que ça ne rentre dedans et plongea ensuite la tête dans l'eau pour rincer le savon dans ses cheveux. Il remonta ensuite à la surface. Il n'y avait rien à savoir de sa petite aventure loin de la forêt des pinceaux. Mis à part le fait qu'il avait trouvé une bête franchement épatanye. Bien malgré le fait qu'il aura du mal à la dresser. Ça le motivait encore plus pour lui faire construire une étabpe de pierre et un enclos pour qu'il puisse gambader sans trop brûler autour de lui les choses qui pouvaient prendre feu.

"Le mieux c'est que je te montre. Ce sera plus simple que de l'expliquer..."

Il prit ensuite le gel douche et se badigeonna avec son corps, du moins ce qui dépassait du bain. Il rentra de nouveau dans l'eau et posa la tête sur le rebord du bassin en fermant les yeux. Le bain lui faisait le plus grand bien. C'était vraiment agréable. Il ne dit rien de plus durant la durée de sa détente mais il restait cependant à l'écoute de Jun.

487 mots +5 rubis/MP

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Yami
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 301
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 29

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Barman
Place dans votre clan: Général

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Mar 6 Mai - 10:29

Ça m’énerve je comprends rien comment ça une expression ? Il on la chance d’avoir encore des paysage magnifique et il me sort c’est une expression… mouais bofbof les expressions. Il a des chose pour lesquels j’ai l’impression d’être une Zeck version du futur pour la compréhension des choses.

-tss une expression mouais bah tu me montreras en effet ça sera plus simple monsieur je ramène un cheval.

Je prends un peu de savon comme Zeck et frotte mon corps, en fait j’ai un envie terrible de dormir.  Après donc un instant à glander et à frotter mon corps je reste encore un peu me détendre. Puis Finalement je me rince le corps et entame de me sécher.

-J’en peu plus je retourne dans ma chambre, Klaw va surement vouloir te voir elle me la demandé ce matin…

Une fois sec je sors de la pièce en serviette, mes vêtement son sale donc bon de toute façon je ne vais pas les remettre. Je n’ai plus rien à dire à Zeck de toute façon le reste n’est plus de mon ressort donc comme ça c’est réglé. Je veux juste dormir et prendre Yukia comme doudou, même si j’ai une chance sur deux qu’elle soit chiante pas grave… L’air de rien faut qu’on arrête de tous se balader en serviette dans ce château. Bon nos quartiers à nous ne sont pas loin du bain mais pour les autres ce n’est pas trop ça. Presque arrivé à ma chambre Klaw en sort. Yukia n’aurait pas réussi à la retenir ? je sourit.

-Zeck est au bain ou en train d’en sortir, bonne parlotte ptite sœur.

En fait le surnom m’est resté depuis hier soir bref on s’en fiche je lui donne une petite tape sur l’épaule et m’engouffre dans ma chambre, pour passer un nuit normal je l’espère.

[a quitté le sujet]

306 mots +5 rubis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klaw
Métamorphe
Métamorphe
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 01/02/2014
Age : 21

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Employée aux sources chaudes
Place dans votre clan: Membre du clan des Peintures

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Mar 6 Mai - 11:22

Yukia était là, elle le sentait. Seulement elle était silencieuse depuis un petit moment, elle n'entendait que sa respiration coupant le silence de la chambre. Peut être s'était-elle endormi ? Karolyn était restée un moment allongée dans le lit de Jun. Le regard vague, le corps inerte, elle réfléchissait à la façon d'aborder Zeck. Que devait-elle dire ? Que devait-elle faire ? C'était assez difficile pour elle. Et pourtant elle avait réussi à se faire tout un discours qu'elle se répétait sans cesse dans son esprit pour pouvoir le réciter devant lui. Une fois décidée, Klaw se leva doucement, par crainte de réveillé Yukia et sortit de la chambre après avoir raser les murs jusqu'à ce qui semblait être une porte. Elle referma celle-ci avec une lenteur mesurée pour ne pas la claquer. Elle restait ainsi, la main sur la clenche en récitant rapidement ses mots. Jusqu'à ce qu'une voix interrompit le fil de ses pensées.

Il s'agissait de Jun, elle lui intima que Zeck se trouvait au bain, ou tout du moins dans ce secteur. Elle acquiesça sans prêter attention au surnom que Jun lui avait donné. Elle avait reçu tellement de surnom chez les peintures qu'un surnom de plus ne la dérangeait pas. Karolyn et Jun échangèrent leurs positions: Jun entra dans la chambre tandis que Klaw longea les murs jusqu'au bain.

Elle ignorait en réalité de l'endroit où se trouvait les bains. Comment le retrouver ? Elle n'eut pas d'autres choix que d'ouvrir chaque porte qu'elle croisait pour appeler Zeck. Elle réussit pour le coup à déranger l'un des membres tranquillement en train de dormir en soufflant très fort comme s'il avait mal. "ça vas pas ?" Dit-elle naïvement avant de se faire envoyé paître ailleurs. Elle continua son trajet ainsi, espérant au bout d'un moment tomber sur Zeck.

Jusqu'à ce qu'une porte s'ouvrit, bousculant la personne qui venait d'en sortir. Elle s'excusa bien bas avant de demander "Zeck... C'est toi ?"

349 mots → +5 Rubis

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeck Skyhigh
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 1518
Date d'inscription : 06/09/2013

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Gardien des esprits
Place dans votre clan: Chef des peintures

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Mar 6 Mai - 17:04

Monsieur j'ramène un cheval, ouais, pas faux, mais pas n'importe quel cheval. C'était LE cheval. Mais le sorcier ne dit rien et se contenta d'élargir son sourire. Il s'allongea un peu plus dans le bain et reposa la tête contre le rebord du bassin. Jun était amusante à sa façon. Il y avait des choses qu'elle savait mais dès qu'il y avait des expressions trop vielles ou des endroit qu'elle n'avait jamais vue elle était paumée. Un silence s'installa pendant un temps. Laissant Jun se laver puis se rincer tandis que le huckster avait fermé les yeux réfléchissant à la façon dont il allait s'y prendre pour discuter avec Klaw. Ne sachant pas trop quoi dire. Il était perdu dans ses pensées à réfléchir à la chose, il ne fit pas attention à Jun qui en eut assez et de rester dans le bain et qui sorti. Zeck eut tout juste le temps de relever la tête pour fixer la jeune femme qui lui intima qu'elle retournait dans sa chambre et que Klaw viendrait surement le voir au vue de leur discussion de la matinée. Il soupira simplement par résignation. De toute façon il fallait qu'il se prépare à cette éventualité. Mais il préféra retarder l'avènement en restant encore dans son bain.

Il commençait à se faire tard et Zeck finit par sortir du bain au bout d'un moment. Un des membres à qui l avait demandé de préparer la salle des bains lui avait déposé ses affaires propres sur une étagère à la sortie des bains. Il prit une serviette et se sécha et mis donc les vêtements propres qu'on lui avait mis à disposition, à savoir sa tenue de zeste d'orange et un sous vêtement. Une fois habillé il finit par sortir de la pièce et se heurta à quelque chose de chevelu dont il reconnut immédiatement l'odeur. Il ne s'attendait pas à la voir directement en sortant de son bain. Klaw... Il se recula un peu et la laissa s'excuser avant de demander s'il s'agissait bien de lui-même. Il devait se dire qu'elle avait senti l'odeur du bain par rapport au fait Jun lui ait surement dit qu'il se trouverait là. Il baissa les yeux sur Karolyn et laissa un blanc avant de lui répondre.
"Lui-même..."
Le ton de sa voix était sec mais pas non plus mauvais ou mielleux, ni même plaisantin. Observant la jeune femme en silence, son corps s'était tendu et son coeur le tiraillait d'horribles pincements incessants. Il plissa les yeux et attrapa le tissus au niveau de son poitrail qu'il serra nerveusement. Il n'avait pourtant pas peur, mais il se dit qu'il n'était pas encore prêt à lui parler. Un blanc tendu s'installa entre les deux amants. Zeck ne savait pas trop comment aborder le sujet. Lui et le tact, ça faisait deux. Il préférait plutôt qu'attendre, dire les choses comme elles venaient.

"Excuse-moi!" Dit-il sans aucune justification. Sans contexte. Il ballança son excuse dans le vent. À Klaw de se démerder avec comme elle l'entendrait. Il resta néanmoins à distance, sur le pas de la porte dont il tenait fermement le chambrant à s'en faire blanchir les phalanges et rouvrir les plaies des coupures sur sa paume. Quelques gouttes perlèrent sur la poignée.. Sa respiration était lente mais son coeur n'en était pas moins affolé. Il ne voulait rien laisser paraître. Même le son de sa voix, bien qu'elle paraisse drue et sèche ne montrait aucune hésitation.
"Si je t'ai blessé dans mes propos, je tiens à m'excuser..." Ajouta-t-il après coup. Oui il allait droit au but sans passer par un quelconque côté gnangnan et longuet. Si les choses devaient être dites alors il devait les lui dire, même si elle lui en voulait de n'avoir aucun tacte.

"Mais saches que je le pensais... Je me rends compte que j'ai été trop protecteur avec toi. Et je suis désolé de t'avoir contraint à être comme un oiseau en cage."
Il plissa les yeux et serra le poing un peu plus contre sa poitrine. Il observa Klaw et la réaction qu'elle pouvait avoir, écoutant ses propos et ce qu'elle avait à dire sur les récents évènements. Le truc c'est que Zeck était rancunier, et une boule de rage s'était formé dans sa gorge, l'empêchant de parler, de toute façon il n'en avait pas envie maintenant qu'il avait dit ce qu'il avait à dire. Les paroles de Klaw étaient encore bien présentes dans sa mémoire et raisonnaient comme le son d'une cloche annonçant les douze coups de minuit. Il allait mettre un certain temps à digérer les mots que Karolyn lui avait lancé à la figure ce jour là. Tout comme il guérirait de blessures par balles si elles avaient été réelles. Il resta droit et fixé sur la jeune femme. Mais resta à distance d'elle quoi qu'elle pourrait faire.

866 mots → +5 Rubis

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klaw
Métamorphe
Métamorphe
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 01/02/2014
Age : 21

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Employée aux sources chaudes
Place dans votre clan: Membre du clan des Peintures

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Mar 6 Mai - 18:31

Son cœur, tout comme le temps, s'arrêta un instant. Zeck était face à elle, attendant sans doute qu'elle lui dise ce qu'elle voulait lui dire. Mais tout semblait s'être arrêté, elle ne voyait rien et pourtant elle avait cette sensation de ne plus rien entendre non plus. Les respirations, les bruits de pas. Il n'y avait plus rien. Plus rien à par elle-même face à une personne qu'elle avait blessé. Bien avant cela, elle s'était récité ses excuses plusieurs fois dans la tête jusqu'à ce que cela devienne un automatisme. Et pourtant, face à lui, elle avait, semble-t-il, oublié son texte.

"Eh bien... Je te cherchais." commença-t-elle avec le peu d'assurance qu'elle avait.

Par quoi devait-elle commencer ? Que voulait-elle lui dire ? Tout semblait s'embrouiller dans son esprit. Pire. Il n'y avait rien de plus qu'un immense vide dans son esprit. Elle ria nerveusement, le silence devenait pesant et rien ne lui vint. Il était si simple tout à l'heure de se l'imaginer, récitant le "Pardonne-moi de t'avoir dit tout cela" ou encore le "Je ne voulais pas te vexé". Rien de cela semblait traverser les lèvres de Klaw. Elle baissa la tête légèrement, tentant de revenir sur ses paroles. Mais là encore, l'hésitation se fit trop grande. Et alors qu'elle tenta une nouvelle fois de parler, Zeck prit la parole en s'excusant.

"Pardon ?" Rétorqua-t-elle, surprise et incertaine de ce que Zeck venait de dire.

Il reprit doucement, expliquant son point de vue. Il y avait dans ses mots quelques chose de réconfortant, après tout elle pensait dans un sens avoir eut raison de s'énerver, Zeck lui-même lui expliqua qu'elle avait raison, non pas de l'avoir blessé mais d'avoir été trop protecteur avec elle. Et pourtant, elle n'imaginait pas un seul instant avoir gagné en quoi que ce soit. Il y avait quelque chose de cassant dans ces mots, quelque chose dont elle n'arrivait pas à trouver de sens mais qui semblait montrer une certaine distance entre eux. Si elle s'imaginait un seul instant pouvoir faire la paix avec Zeck en une minute, elle se trompait royalement.

"Ah. Oui. Ce n'est pas grave tu sais ? Je n'ai pas été très agréable non plus avec toi... J'imagine que je l'ai mérité d'une certaine manière."

Ses pensées étaient revenues d'elles-mêmes. Elle ne pouvait plus tricher ni même se refermer sur elle-même. Cela se devait d'être dit au moins une fois.

"Je suis désolée, moi, de t'avoir blessé et de pas avoir vu tes gestes comme... Un acte de gentillesse. Je me suis emballée pour rien. Et en plus de cela j'ai été assez lâche pour partir..."

Elle se grattait légèrement l'avant-bras. Nerveuse face à cette situation, elle n'arrivait pas à rester calme. L'impression d'avoir détruit quelque chose entre eux cognant son esprit comme un marteau. Il fallait qu'elle le sache.

"Tu veux bien me pardonner ?"

526 mots → +5 Rubis

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeck Skyhigh
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 1518
Date d'inscription : 06/09/2013

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Gardien des esprits
Place dans votre clan: Chef des peintures

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Mer 7 Mai - 7:41

Il resta immobile et écouta les propos de la jeune femme qui était, semble-t-il, venue elle aussi pour s’excuser. Il serrait les dents à s’en faire une crampe à la mâchoire mais il ne dit rien. Pour elle ce n’était pas grave ? Bien sûr que ça l’était. À partir du moment où il avait joué son boulet qui lui enchainait le pied et du fait qu’elle ne puisse rien faire d’elle-même, c’était en soi une chose qu’il ne pouvait accepter. Et là encore même si ses gestes étaient parfaitement simples, et dépourvues de raisonnement négatif par rapport à ça, il n’avait pas vu qu’il faisait exactement ce qu’il ne devait pas faire. Klaw était handicapée par sa cécité mais elle était parfaitement capable de s’occuper du linge, de la vaisselle, et de toutes sortes de tâches ménagères. Il lui fallait simplement des repères et Zeck ne lui en avait donné aucun en faisant cela. Pourtant il savait parfaitement qu’un aveugle était bien plus capable qu’une personne voyante. Il le savait pour avoir un jour vu maître Wù Long marcher dans la rue comme si c’était, non lui qui marchait dans le décor mais le décor qui venait à lui. De plus ce vieil homme lui avait appris à ne pas se fier aux apparences, que les aveugles pouvaient voir, à leur manière et qu’ils pouvaient être bien plus redoutables que n’importe quel voyant. Il en avait même eut un aperçu lorsqu’il s’était entrainé avec lui. Zeck ferma les yeux tandis que Klaw s’excusait. Ce n’était pas comme si elle y était pour quelque chose. C’était avant tout lui qui avait fait l’erreur. Alors elle avait le droit de le remettre en question et de lui dire quand les choses ne vont pas. Il releva la tête vers Karolyn et la fixa calmement, voyant qu’elle commençait à avoir une attitude nerveuse comme ce qu’il avait pu observer dans les maisons lorsque sa mère était venue. Et surtout le fait qu’ils en parlent entre deux portes Zeck n’aimait pas trop ça. Il y avait du passage dans les couloirs, et il attrapa Klaw par l’avant-bras pour la ramener dans la pièce et referma la porte derrière lui. Il garda ses distances et lui lâcha le bras. Il n’avait pas fait attention qu’il avait utilisé sa main poisseuse de sang pour l’emmener dans la pièce. Il fit quelques pas pour aller récupérer une petite serviette et l’humidifier dans l’eau du bain. Il revint et prit le bras de Klaw pour le lui essuyer et par la même essuyer le chambrant de la porte. Il alla ensuite chercher dans un petit meuble le nécessaire pour se faire un pansement. Il reprit le cours de la conversation.

« Ce n’est pas à moi de pardonner ton comportement… C’est moi qui aie fait le boulet en ne voyant pas que tu étais parfaitement capable de faire les choses comme n’importe qui. Tes paroles ont été blessantes, oui, mais elles étaient censées. De plus je n’ai pas à te blâmer sur ton comportement tantôt… »
Il tourna la tête vers elle et la fixa. Si elle était partie, lui en avait fait de même et était parti bien plus longtemps qu’elle. Elle n’avait donc pas à s’excuser sur ce point. Même si, il faut l’avouer, les choses auraient pu être réglées le soir même. Il faut croire que le destin n’en fait qu’à sa tête. Et puis Zeck n’allait pas non plus la blâmer parce qu’elle était partie de saouler la tronche avec Elena. Bien entendu, le fait qu’elles soient en présence des deux frères à la touffe d’herbe sur la tête ne l’avait pas non plus rassuré. Il espérait que ces deux sales types ne lui aient rien volé.

« C’est à toi de me dire si je peux t’être pardonné ou non… »
Dit-il finalement. Son visage était de marbre et sa voix était parfaitement calme, bien que tout aussi froide que le visage qu’il arborait.

662+5R/MP

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klaw
Métamorphe
Métamorphe
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 01/02/2014
Age : 21

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Employée aux sources chaudes
Place dans votre clan: Membre du clan des Peintures

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Mer 7 Mai - 8:47

La force exercée sur son avant-bras la fit bouscula un peu mais sans non plus lui faire perdre l'équilibre. Zeck l'avait guidé dans la salle de bain, là où l'odeur de savon de de shampoing purifierait presque les narines de la jeune femme au point où elle n'e sentirait plus rien du tout.

Le chef des peintures lui expliqua qu'elle n'avait rien à se reprocher, si elle avait était blessante, elle n'en avait pas moins raison. Ce qui avait l'audace de la surprendre.
Non pas qu'elle doutait de ses pensées, mais c'était sans doute la première fois _dans ses souvenirs proches_ qu'elle réussissait à se faire entendre. De même que c'était une chose nouvelle que de se rebeller sur ce qu'elle croit et sur ce qu'elle veut. Si ils avaient été au 20e siècle, Karolyn se serait contenté de lui demander gentiment d'arrêter son comportement, et, en gentille fille, elle l'aurait excusé encore s'il avait eu l'audace de recommencer. Le laissant faire ce qu'il lui plaisait sans dire un mot.
Elle ne voulait plus être cette Karolyn-là.

"Oh, et bien... Vu comme cela. Je te pardonne Zeck."

Ses paroles sonnaient presque comme celle d'une voix d'un de ces acteurs ou de ces personnes récompensés par n'importe quel prix. Remerciant avec une voix fébrile leur public et leurs proches tout en pensant des vacheries sur ses opposants du genre à dire "Il faut se le dire, j'ai été plus fort que toi sur ce coup !"
Karolyn espérait ne pas faire ce genre d'impression, bien que ses pensées se rapprochaient presque de ces acteurs snobinards à deux sous.

Ce qui l'étonnait le plus, c'était de voir à quel point la discussion eut été rapide, net et réglée. Cela en était presque trop facile. Mais elle n'allait pas s'en plaindre, elle ne tenait pas à passer des journées à se faire pardonner d'une chose auxquels elle s'imaginait avoir vu juste. Même si elle n'avait pas exprimé sa pensée de façon très diplomatique. Elle souria, timidement, s'imaginant naïvement avoir régler tous ses problèmes d'un coup de baguette.

"Tu veux peut être que je te laisse ?"

Sa voix était toujours hésitante, mais sa tête avait gonflé par sa première "victoire" et s'imaginait presque obtenir de sa part un gros câlin. Mais elle ne voulait pas lui montrer qu'elle y croyait vraiment. Ce ne serait pas correcte de sa part. Néanmoins, son corps en était presque à tendre les bras pour attendre son petit réconfort, même si elle se retenait son corps se tendait légèrement à cet envie.

459 mots → +5 Rubis

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeck Skyhigh
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 1518
Date d'inscription : 06/09/2013

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Gardien des esprits
Place dans votre clan: Chef des peintures

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Mer 7 Mai - 9:43

Son cœur se serra dans sa poitrine et il arrêta ce qu’il avait entreprit de faire pour soigner sa main. Il serrait son bandage. Il avait l’impression que les paroles de Klaw étaient une façon de lui montrer une ignominie totale à son égard. Comme si, d’une parole, qui, pour lui ne semblait aucunement sincère, tout allait être réglé alors que le Huckster avait parlé franchement de ce qu’il pensait de la situation. Sa respiration se saccada dans un soupire outré. Ses dents se resserrèrent dans sa mâchoire et il tourna lentement la tête vers Klaw. Il resta silencieux alors que la jeune femme lui avait demandé si elle devait le laisser. Il eut tout de même la décence de se retenir de dire « oui » d’une manière acerbe à ce moment-là. Il n’avait pas non plus l’impression que Klaw voudrait sortir de toute manière. Comme si le fait d’avouer qu’il ait fait une erreur et qu’il l’admette la faisait bien rire. Le timide sourire qu’elle abordait lui montrait, d’une certaine manière, effectivement qu’elle se foutait de lui au plus haut point. Sa colère monta d’un cran plus haut. Il se demandait encore comment il arrivait à la contenir et ne pas casser d’un coup de poing tout ce qu’il avait sous la main. Sa gorge se noua et ses tripes le tiraillaient de pointes nerveuses. Il se tourna nonchalamment vers Klaw. Il ne voyait pas son pardon comme un aveu sincère. Et il laissa un blanc pesant dans la pièce.
« Je vois… » Se contenta-t-il simplement de dire après un temps de latence avec les paroles de Klaw.

À ce moment-là, il n’avait qu’une envie, c’était de retourner toute la pièce. Mais il n’en fit rien, il referma les yeux et soupira lourdement pour laisser son cœur se calmer. Il n’aimait pas ça, vraiment pas. Mais à quoi bon dire les choses si la personne à qui il porte un tant soit peu d’importance et dont on essaye de faire un effort pour être sincère n’en a rien à foutre ? Pourquoi se prendre la tête au final ? Il n’aurait qu’à faire comme avec n’importe quelle autre femme lorsqu’il était encore vivant. S’occuper de ses petits besoins personnels, et ensuite aller voir ailleurs sans s’attacher à qui que ce soit. Maureen l’avait dit elle-même et c’est ce qu’il avait apprécié chez elle, sa franchise de dire les choses et les façons abruptes et masculines de faire. C’était une femme mais qui n’en était pas une. ¤À quoi bon s’attacher à quelqu’un lorsqu’on peut simplement utiliser les personnes qui nous entourent sans avoir besoin que qui que ce soit ne vienne se mettre entre l’ours et moi ?¤ Elle aimait faire cavalier seule et elle n’avait pas entièrement faux. L’amour, pour elle était une sorte de torture qui n’avait aucun lieu d’être dans un monde aussi pourri que celui dans lequel ils étaient. Tous ceux qui l’entouraient, excepté Zelig, elle les considérait comme des atouts ou des handicaps, en gros elle les utilisait à sa convenance et elle utilisait également son rang de Pinkerton pour parvenir à ses fins. Pour ce qui était de s’attacher à quelqu’un, Zeck raisonnait de la même manière. Il considérait l’amour comme risible et surtout un poison mortel qui détruisait tous les sens avant de voir à quel point le corps avait été gangréné par ce principe idiot.
Et pourtant il avait réussi à tomber dans ses filets.
Il rouvrit les yeux et observa longuement Klaw. Il ne bougea pas d’où il se trouvait. Son regard était froid et persistant. Elle était le serpent qui s’était immiscé sous les protections qu’il s’était lui-même fabriqué, autant de barricade de brisées que de douleurs qui lui tiraillaient le cœur et les tripes. Et comme tout prédateur, il ne l’avait pas vu. Pourtant, il ressentait toujours ce désir d’être auprès d’elle malgré ça. Il avait fini par admettre qu’il ressentait réellement quelque chose pour Klaw lorsqu’il avait longuement marché dans la forêt pour tomber sur le coin désolé d’où il avait trouvé l’étalon ardent. Il s’était finalement dit qu’il ressentait un certain ‘amour’ pour elle. Mais à ce moment-là, il n’avait pas voulu l’admettre. C’était bien trop tôt pour que ce soit réel. Mais cette douleur ne cessait de lui montrer que même si c’était trop tôt, il n’en ressentait pas moins ses effets nocifs.
« Tu es sincère ? Ou c’est moi qui ai simplement l’impression que tu te fous de ma gueule ? » Finit-il par dire froidement entre ses dents serrées par la colère qu’il retenait vivement.

767 mots+5 rubis/MP

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klaw
Métamorphe
Métamorphe
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 01/02/2014
Age : 21

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Employée aux sources chaudes
Place dans votre clan: Membre du clan des Peintures

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Mer 7 Mai - 11:03

Son petit sourire s'effaça, formant un petit "O" avec ses lèvres, elle avait comprit qu'il ne tentait pas de lui faire une blague en disant cela.

"Mais... Mais non, pas du tout ! Je n'irai surement pas me fouttre de ta gueule !"

Elle n'avait aucune raison de feindre de ne pas comprendre ce que lui disait Zeck, elle aussi avait remarqué le ton presque mauvais qu'elle avait prit sur le coup.

"Pardon, je ne sais pas pourquoi j'ai pris ce ton-là... Enfin si. Je le sais... Disons que je ne m'attendais pas à ce que tu sois aussi compréhenssif je dois dire... J'ai pas l'habitude..."

Elle sentit la deuxième boulette qu'elle venait de dire venir à grand pas se planter sur Zeck. Elle paniqua, se grattant la nuque devenant tout d'un cou prise de démangeaison. Venant agitez les mains devant elle. Son expression et sa voix se fit plus mielleuse, presque comme si elle se trouvait devant un enfant qui, pour éviter de lui faire piquer une crise sortit tout ses compliments comme ses promesses pour calmer l'enfant. Ou bien même devant une bombe à retardement.

"J'ai pas l'habitude à ce qu'on soit compréhenssif avec moi ! Je veux dire, si... On me pardonne parce que je suis aveugle et que j'ai une "méchante frimousse de lapin nain" Enfin c'est pas important..!"

Elle poussa un petit rire gêné, totalement désorienté sur l'idée de soit le prendre avec des pincettes ou d'y aller cash. Elle songeait à fuir aussi, oh oui ! Fuir en courrant, c'était presque une bonne idée. Mais il serait difficile de trouver la porte assez rapidement pour s'enfuir.

"Non, non ce que je voulais dire c'est que... Si t'es compréhenssif parce que pour un chef ne pas être tolérant ce ne serais pas être un bon chef... Hein ?"

Elle enfonça ses ongles dans sa paume, si Inferni était le fond du gouffre, elle serait en train de creuser plus loin encore avec un buldozer.

"Mais y'a pas de problème Parce que tu es un bon chef... Hé hé... et je vais me taire parce que je m'enfonce..."

Sa voix baissait peu à peu d'un ton. Elle se savait incapable de rattraper ses boulettes. Rouge de honte. Le visage tourné vers ses pieds. Elle avait gâché ses excuses et en plus de cela elle titillait encore plus l'égo de son chef. Il fallait dire qu'elle n'était pas très fier de cela. Dans le silence de la pièce, elle releva le visage pour murmurer, le regard suppliant. Elle s'enfonçait encore et il vallait peut être mieux qu'elle le quitte pour l'instant.

"Je peux y aller ? Dis-moi que je peux y aller..."

445 mots +5 rubis/MP

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeck Skyhigh
Sorcier
Sorcier
avatar

Messages : 1518
Date d'inscription : 06/09/2013

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Gardien des esprits
Place dans votre clan: Chef des peintures

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Mer 7 Mai - 12:11

Peu à peu, il vit le sourire de Klaw diminuer pour ne former qu’un petit ‘o’ de surprise.  À quoi s’attendait-elle lorsqu’il disait ça ? A une blague pour laquelle il se mettrait à rire comme un abruti pour dire ensuite « mais non ! J’déconne ! » ?  Paraissait-il si idiot en sortant de sa fin du 19ème siècle que quoi qu’il dise ou quoi qu’il fasse était risible au point d’en faire rire tous ses membres ? Au plus Kaw parlait, au plus elle s’enfonçait et semblait prise de panique. Mais Zeck l’écouta et au plus elle en disait, au plus il sentait des piques fuser à toute vitesse pour se planter dans son crâne. La pression sanguine était forte au point de faire vibrer ses tempes. Les mots de Klaw raisonnaient dans sa tête en écho incessant et lui perçant le crâne à coup de pelle pour déterrer un macchabé qui dormait bien gentiment dans sa tombe. En quoi était le rapport avec le fait qu’il soit chef ? Attendait-elle à ce qu’il la punisse en l’enfermant dans une geôle ou en la frappant pour ce qu’elle avait fait ? Il n’était pas comme ça, et il savait parfaitement que ça n’apportait rien de bon de faire ça. Et s’il n’était pas un peu compréhensif avec qui que ce soit, et pas seulement qu’avec ses membres, alors il ne vaudrait pas mieux que son père qui restait buté sur une simple raison qu’il avait trouvé la plus valable. Et puis en quoi le fait d’être chef avait un rapport quelconque avec la situation actuelle ? Zeck serra les poings. Il voyait bien qu’il l’avait perturbé mais il ne dit rien et s’avança simplement vers la porte de la pièce. Il la regardait qui lançait un regard dans le vide, là où elle pensait que se trouvait le Huckster, suppliant en lui demandant si elle pouvait y aller. Mais elle n’eut comme simple réponse que le claquement soudain d’une porte qui s’était refermée brutalement. La laissant seule avec elle-même dans la salle des bains.

Zeck était retourné jusqu’à l’endroit où il avait laissé l’étalon ardent plus tôt. N’ayant pas pris la peine de récupérer ses vêtements sales qu’il avait laissés à l’entrée des bains. Ceux-ci gardaient encore une forte odeur de soufre et de brûlé. Tout comme la gorge du chef des Peintures qui s’était nouée, l’odeur du savon des bains avait également disparut pour laisser un arrière-goût âpre et sulfuré. Il préféra passer le reste de son temps à s’occuper de son nouveau compagnon durant le restant de la nuit. Il tenta de se changer les idées, s’occupant de l’étalon comme il pouvait et tentant tout de même de le faire obéir et de le dresser pour qu’il puisse un de ces jours le monter et lui obéir sans faire sa tête de mule. Ce soir-là il le nomma Fury.

482 mots +5 rubis/MP

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klaw
Métamorphe
Métamorphe
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 01/02/2014
Age : 21

ID Démoniaque
Url de votre coffre::
Métier: Employée aux sources chaudes
Place dans votre clan: Membre du clan des Peintures

MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   Jeu 8 Mai - 18:08

Le claquement de la porte résonnait encore dans la pièce. Karolyn était silencieuse, immobile. Comme une statue de glace elle était restée un moment debout, le visage vers le sol à réfléchir à ce qu'il venait de se passer. Il était évident pour elle qu'elle avait encore une fois dit des choses dépassant sa pensée et qui, dans la panique s'embrouillèrent dans son esprit en mêlant des phrases qui n'avaient pas lieu d'être dans la conversation. Elle l'avait sans doute tapé sur le système et au lieu de tenter quoi que ce soit, ne serait-ce qu'une pique ou un mot, il préféra partir.

Sur le coup, Karolyn se sentait foncièrement bête, à attendre comme cela. Elle se retenait de ne pas penser aux battements de son cœur qui fracassait son thorax de coup. Elle en aurait presque eu la nausée. Elle se rendait malade.

Elle s'était assise, recroquevillée dans un coin de la pièce. C'est un membre du clan qui la retrouva ainsi dans la pièce, la tête entre les mains. Sur l'instant elle semblait calme, confortablement adossée au mur sans faire de bruit. Et dès l'instant où l'homme lui demanda si elle se sentait bien, Karolyn fondit en larme, hoquetant qu'on la laisse ainsi car elle l'avait cherché. L'homme eut un léger rictus sur les lèvres. Il connaissait la jeune femme assise face à lui qui ne connaissait pas la jeune KLAW ? Celle qui avait obtenu son adhésion au clan alors que celle-ci ne connaissait absolument rien en combat et qu'elle était aveugle ? Qui ne connaissait pas l'affaire de cette jeune femme qui s'était saoulé dans le bar en compagnie du général des Lapins et de deux arrivants aux cheveux verts ? Qui, encore, n'avait pas entendu parler de la relation qu'elle entretenait avec le chef ? Presque personne.

Il savait aussi que depuis un certain temps, la jeune demoiselle semblait légèrement instable, mais il n'osa pas aborder le sujet avec elle. L'homme se contenta simplement de lui tendre une serviette pour qu'elle essuie son visage. Puis, après avoir tenté en vain de la faire rire avec quelques anecdotes stupide sur un ballotin de son époque, il l'aida à se lever et la guida dans sa chambre pour la laisser se reposer. Elle lui avait demandé de rester avec elle un moment pour qu'il continue de lui parler de son jeune ballotin de ses histoires. Et, avec un petit sourire, il accepta.

Le jeune homme avait veillé sur elle jusqu'à ce qu'elle s'endorme dans son lit. Gentleman, il avait proposé à la jeune femme de la laisser pour qu'elle puisse se changer mais celle-ci refusa sèchement.

"Je n'ai pas de pyjama de toute manière." avait-elle répliqué par la suite, ce qui fit rire un peu le jeune membre.

Leur discussion avait dérivé sur des airs de Jazz et de Blues qu'ils avaient écouté de leur vivant, comparant les époques sans pour autant les critiquer.

Peu avant qu'il ne parte, Karolyn s'était réveillée en lui demandant d'une voix faible son nom. Celui-ci avait sourit, ne disant rien pour le moment avant de lui dire:

"Je ne pense pas que mon nom te sois nécessaire, Klaw. Mais si tu souhaites réellement poser un nom sur ma voix, tu n'as qu'à me voir comme étant le marchand de sable."

Les yeux de la jeune femme se refermèrent et il sortit de la chambre, sans un bruit pour disparaître dans les couloirs du château.


_FIN DU SUJET_

610 mots → +5 Rubis

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un léger Goût de souffre... (Privé les Peintures)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Entraînement chasse ! (privé Nuage de Corbeau)
» Le combat des Alphas [Privé] [Lexy vs Blackmist]
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» Ed, Détective privé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inferni, ville des enfers :: Flood et jeux :: Archives RP-
Sauter vers: